Le point sur les moustiques, le paludisme, et la dengue en Asie du sud-est

Une des grandes phobies du touriste est d’attraper toutes sortes de maladies inconnues dans son pays d’origine.

En Asie du sud-est, les deux principales maladies « exotiques » que l’on peut attraper sont le paludisme (malaria), et la dengue.
Ce sont des maladies qui se transmettent par les piqûres de moustiques. Moustiques qui sont très nombreux et assoiffés de votre sang au goût si bon et rafraîchissant.

Comment repousser les moustiques ?

Ces sales petites bestioles qui nous font chier pour dormir ou pour passer une soirée tranquille ne tarderons pas à vous faire savoir qu’elles veulent jouer avec vous.
Si vous voulez éviter au maximum d’être piqués, voici quelques solutions :

  • Utiliser du répulsif à moustiques
  • Se couvrir les bras et les jambes à la tombée de la nuit (bien que dans la réalité on aura toujours une raison de pas mettre de veste ou de pantalon : la flemme)
  • Utiliser une moustiquaire
  • Ne pas rester trop immobile
  • Faire un kata

Les différentes sortes de répulsifs et où les acheter

Tous les répulsifs ne se valent pas, aussi bien en terme de prix, que de nocivité, que d’efficacité.

Les répulsifs censés être les plus efficaces sont ceux à base de DEET (très chimique). Ils sont vendus soit en crème, soit en spray, soit en spray/crème, et il y a des différences de concentration de la fameuse molécule DEET. entre 15 et 50% généralement. Mais selon certaines études, la concentration en DEET n’aurait que peu ou pas de différence sur l’effet répulsif.
Ils se trouvent en pharmacie, ou parfois dans les 7-eleven et coûtent entre 150 et 400 baht en moyenne suivant la taille du flacon.

Sinon il y a des répulsifs « naturels » à base de citronnelle, qui se trouvent aussi facilement que les autres et ont un prix similaire.

Une autre solution est d’avoir un petit flacon d’huile essentielle de citronnelle avec vous si vous n’êtes pas fan du chimique.

Ce qui se passe, en réalité

Toutes ces méthodes répulsives sont bien gentilles mais dans la réalité, les choses se passent très différemment.

  • Les répulsifs sont loin (à des kilomètres) d’être vraiment efficaces
  • Il n’est pas possible de s’enduire complètement de répulsif
  • C’est casse-couille de sans arrêt devoir penser à ça et se mettre du répulsif sur le coin de la gueule
  • Les moustiques piquent à travers les vêtements
  • Les moustiques sont plus malins que vous
  • Les moustiques sont des fétichistes des chevilles
  • Tous les moustiques n’ont pas le VIH
  • Certains moustiques mutants n’ont pas peur du DEET
  • Quand on dort, on n’a pas de contrôle sur les moustiques
  • Installer un putain de filet de pêche au dessus de sa tronche et le démonter tous les deux jours, ça fait vraiment chier. Surtout que c’est pas léger et que les moustiques trouvent toujours la faille pour passer au travers.

Bref, la réalité c’est que VOUS allez vous faire piquer, et pas qu’une fois c’est moi qui vous le dit.
La deuxième réalité c’est qu’il n’y a pas tant à craindre de ce que vous pouvez lire ou entendre. Il faut être vigilant suivant les régions où on se trouve certes, et d’autant plus lorsqu’il y a beaucoup d’humidité mais les lobbies pharmaceutiques aiment bien vous faire peur et vous prendre votre argent proposer des solutions.

Après tout, les locaux ne sont pas infectés pour une grande majorité d’entre eux, et ça ne les empêche pas de vivre.

Le paludisme

Je vais pas vous faire un long discours sur le paludisme, Wikipédia est là pour ça, mais en gros, c’est la maladie que peuvent porter certains moustiques et est donc potentiellement transmise par les moustiques « de nuit ».

La dengue

La dengue n’est pas à négliger non plus car elle à tendance à beaucoup se développer en Asie et à muter. Elle est transmise par les moustiques « de jour », ceux qui sont gros et tigrés.
Quand on attrape la dengue une fois, ça va. La deuxième fois, ça va un peu moins.

Faut-il prendre tout un tas de traitements anti palu ?

Comme dit précédemment et à mon humble avis, la peur générée par cette maladie est entretenue par les lobbies pharmaceutiques dans l’optique de vous faire suivre plein de traitements et/ou de vous faire acheter des boîtes de médicaments par palettes entières si ils le pouvaient.

Il faut faire attention à ces médicaments, qui ne sont pas sans effets secondaires et qui pourraient tout aussi bien vous clouer au lit, mais au moins vous serez rassurés, n’est-ce pas ? bien lire les notices.

Le plus connu est la Malarone. Elle se prend en préventif si je ne m’abuse.

Personnellement je n’ai pas voulu prendre de traitement, j’ai juste acheté « au cas où » une boite de Lariam que mon médecin m’avait prescrit en tant que traitement curatif.
Quand je suis passé à la caisse et qu’on m’a annoncé le montant, je me suis demandé ce qu’on m’a facturé de trop. Plus de 30€ pour une toute petite boîte de merde avec une demi douzaine de comprimés de la taille d’un grain de poivre à l’intérieur! What the fuck ?! J’ai bien cru à une blague mais bon… j’avais mon médicament et je l’ai trimbalé sans jamais l’utiliser mais j’ai participé à la croissance de mon pays et à la préservation des emplois d’un laboratoire. Bref…

Les facteurs à prendre en compte pour mesurer le risque

Généralement plus il fait chaud et humide et plus il y aura de moustiques. La saison sèche est ainsi moins « dangereuse » que la saison des pluies.

Plus vous serez dans un endroit où il y a de monde, et plus vous aurez de chances de tomber sur au moustique infecté.

Maîtrisez votre paranoïa. Je ne pourrais pas vous fournir de preuve scientifique à ce sujet mais plus on a peur de quelque chose, et plus on a de chance que cette peur se concrétise. Prenez du recul sur les maladies, et profitez de votre expérience en vous focalisant sur le positif, de toutes façons vous allez être piqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>