Comment passer d’une ville à l’autre ?

La question peut sembler un peu bête mais elle mérite sa réponse.

Certains se demanderont si c’est compliqué ou non pour aller de ville en ville et la réponse est non.
Rappelez-vous que dans ces pays tout est simple et que tout le monde vient naturellement vers vous pour essayer de vous aider quand vous semblez être en difficultés. Les premiers d’entre eux, sans pour autant être les plus altruistes sont les chauffeurs de tuk-tuk qui ne manqueront pas de vous rappeler que vos sacs sont lourds et seront mieux sur leur charrette que sur votre dos. Le simple fait d’être occidental fera à coup sûr venir à vos oreilles la question que vous n’aurez pas fini d’entendre : « tuk-tuk ? »

Il sera en effet parfois utile d’utiliser les services de ces petits engins à trois roues fort peu discrets lorsque votre « accommodation » sera plus loin que ce dont vous serez capables de supporter à pied, chargement à dos. C’est généralement la première et/ou la dernière étape d’un changement de ville : aller vers une gare depuis votre hébergement et inversement. Ne vous faites vraiment pas de soucis, les chauffeurs de tuk-tuk ont l’habitude et savent où ramasser les hordes de touristes.

Mais il y a plusieurs façons de changer de ville.

L’hébergement qui s’occupe de tout

Le plus simple est bien évidemment de faire appel aux services de sa guesthouse ou hôtel. La plupart d’entre eux offrent ce service. Ils vous arrangeront le trajet depuis la porte de leur établissement jusqu’à votre destination, tuk-tuk ou taxi compris si vous devez aller jusqu’à une gare de bus ou de train.
Cette solution vous en coûtera légerement plus d’argent car votre guesthouse prendra sa commission (généralement entre 20 et 50 baht de plus que si vous vous débrouillez par vos propres moyens).

Vous vous démerdez tout seul

C’est la solution la plus économique (généralement). Quand vous pouvez marcher jusqu’à la gare, vous le faites, rembarrant au passage plusieurs chauffeurs de tuk-tuk que vous croiserez sur votre chemin. Puis, vous achetez un billet de bus ou de minibus directement au guichet ou dans le bus. Il n’y a pas de règle, et pas besoin de savoir parler le Thaï. Un simple nom de la ville où vous souhaitez vous rendre est suffisant.

Si vous avez le choix, à tarif équivalent je conseille de prendre le minibus, c’est plus confortable et plus rapide, quoi qu’un peu moins rassurant (voir cet article).

Pour résumer, c’est vraiment très simple pour s’organiser un changement de ville, ça se fait même très facilement au dernier moment.
Ca vaut aussi bien pour les transferts en bateau ou en train, mais attention pour les destinations hautement touristiques où il est parfois judicieux de s’y prendre à l’avance même si en général on arrive très bien à se débrouiller. J n’ai jamais été bloqué personnellement parce qu’un bus ou un bateau était plein. Par contre, si vous êtes amenés à prendre l’avion, il va sans dire qu’il faut réserver le plus tôt possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>