Pourquoi et comment louer une moto ou un scooter en Thailande et Asie du sud-est

Une des premières personnes que j’ai croisé sur ma route m’a raconté cette petite anecdote :

Je connais quelqu’un qui a loué un deux-roues pendant son voyage en Thaïlande, il a eu un accident et il est mort.

Ca donne un peu à réfléchir, et puis c’est vrai qu’à la base je ne pensais pas louer de moto ou de scooter avant d’arriver sur place. C’est vrai, je ne suis pas chez moi, et si il m’arrive quelque chose, comment est-ce que je vais bien pouvoir faire ? surtout que je suis seul etc etc.
Donc bon, je pensais que j’aurais toujours des alternatives pour visiter et prendre du bon temps mais la vérité c’est que je n’avais aucune vision objective des endroits dans lesquels j’allais me trouver, et vu que je n’avais rien planifié, je ne pouvais pas savoir comment allait être tel ou tel endroit.

Et puis au bout d’environ 15 jours de voyage, je rencontre cet américain sur la route en direction de Pai, et puis en arrivant on se décide finalement à louer des deux roues malgré que je n’ai jamais vraiment conduit d’engins de ce genre. Dans cette petite ville perdue dans la montagne, et sans un moyen de transport il aurait été difficile de vraiment profiter de l’endroit.

"Cruising in Pai" à moto, Pai, Thailande

« Cruising in Pai », Thailande

On se loue donc une paire de deux roues, on part sur les routes, et « oh mon dieu » pourquoi je n’ai pas fait ça avant ? Le sourire jusqu’aux oreilles, nous arpentons les petits chemins au bord desquels on fait connaissance avec la « vraie » Thaïlande, loin de l’agitation touristique du centre ville. Les paysages sont magnifiques, et ce petit engin me procure une telle sensation de liberté! c’est la première fois que je profite autant de mon voyage.

Pré-requis

Dans la théorie, vous êtes censés avoir un permis pour conduire un engin motorisé à deux roues. Mais dans la pratique, les agences de location n’en ont strictement rien à branler et vous délivreront un deux roues sans tergiverser du moment que vous payez.

De plus, il est très rare de se faire arrêter et se faire « contrôler ». Dans ces coins-là, la vie est très simple et tant que vous ne foutez pas le bordel, on vous fout la paix. Il est même possible de rouler sans casque, devant la police.

Le contrat de location

La plupart du temps, vous aurez un contrat à signer pour louer un deux roues. Veillez bien à prendre note de ce qui est inscrit pour l’assurance. Parfois il n’y en a pas! C’est donc à vos risques et périls s’il arrivait quelque chose à votre engin.

Il m’est arrivé également de louer un scooter, sans contrat. Juste un contrat oral. Ce n’était pas forcément « malin » mais le lieu s’y prêtait et sans ça je me serais vraiment  fait chier. C’était un peu comme à Darty, un contrat de confiance.

Attention cependant, dans certaines îles du sud il y aurait des escroqueries de la part des loueurs et qui factureraient des frais pour des rayures ou autre dégâts factices. En clair, ils essayent de vous baiser, et il faut donc particulièrement vérifier l’état de l’engin avant de le louer dans ces endroits-là.

A savoir
Lorsque vous louez un deux-roues, le réservoir sera vide dans 99% des cas. Vous le rendrez donc vide afin de ne pas perdre d’argent, mais si vous le rendez et qu’il reste encore de l’essence dedans, les loueurs le siphonneront et remettront le véhicule à la location vidé de toute son essence. Enfin, il laissent généralement 10cl pour aller faire le plein à la station la plus proche pour le prochain client.

D’autre part, la jauge de vitesse instantanée ne marchera pas une fois sur deux suivant là où vous louez. On ne sait donc pas à quelle vitesse on roule et on a vraiment l’impression que c’est fait exprès, ce qui est surement le cas.

Automatique vs Manuel

La plupart du temps vous aurez le choix entre louer un deux roues de type scooter, ou bien un manuel, semi-automatique comme c’est très répandu en Asie du sud-est.
J’ai commencé sur un automatique, et puis très vite, j’ai été attiré par les manuels. Je trouvais ça bien plus fun à conduire, les roues sont généralement plus grandes donc on ressent moins les vibrations, et en plus ça consomme moins de carburant.

En fait il y a 4 vitesses actionnées par le pied gauche, mais pas d’embrayage contrairement aux « motos traditionnelles ». On appuie en avant pour monter un rapport, et on appuie vers l’arrière pour en descendre. Le frein arrière se situe sous le pied droit et le tout est très facile à prendre en main.

N’ayant pas de permis moto ou quoi que ce soit, j’ai donc appris « sur le tas », et je suis littéralement tombé amoureux de ces machines. C’est vraiment grisant comme façon de voyager.

Faits
Les « manuels » sont généralement moins chers que les automatiques et consomment moins de carburant.

Coût d’une location

En moyenne, et suivant les régions il vous en coûtera de 140 à 200 baht pour 24h de location. Soit environ 4 à 5€

Au Cambodge les prix sont équivalents, alors qu’a Laos c’est un peu plus cher (environ 6-8€ par journée de location)

Les prix n’incluent bien évidemment PAS l’essence.
L’essence, quant à elle coûte environ 1€/litre 

Un « manuel » (type honda wave) consomme de 1.5 à 2l/100km, et les automatiques un peu plus.

 Un plein de 3,5l permet généralement de rouler entre 150 et 200km 

L’interêt du deux-roues

Lorsque l’on conduit un deux roues, on a cette sensation de liberté incroyable. On peut aller la où le vent nous porte et ainsi  découvrir des endroits insoupçonnés .

J’étais avec mon camarade allemand et on roulait pour vider notre réservoir. Puis, au détour d’une petite route, on tombe sur un buddha géant, on discute avec des tailleurs de pierre de buddha, et un peu plus loin on tombe sur un petit village en bordure de Mékong avec des enfants qui jouaient au foot et on pouvait entendre des « Sabaïdeeeeee » (« Bonjour ») par dizaines résonner sur notre passage.

Buddha géant découvert par hasard en roulant à moto, Pakse, Laos

Buddha géant découvert par hasard en roulant à moto, Pakse, Laos

On est libre, et pas dépendant d’une quelconque entité tierce et puis d’une certaine façon, louer un semi-auto c’est s’imprégner de la culture locale, c’est vivre local.
Le « scooter automatique » est bon pour le touriste flemmard qui ne sait pas conduire un « manuel » et qu’on reconnait au loin ;)
Dans certains endroits, les loueurs ne louent même que des automatiques car il y aurait eu trop d’accidents provoqués par les touristes qui ne savent pas bien conduire les manuels.

Il faut savoir que quasiment tout le monde utilise ces machines et c’est un excellent moyen de découvrir les environs d’une ville car certaines choses sont trop loin pour être faites à pied ou trop contraignantes.

Port du casque non obligatoire

Vous verrez très souvent les locaux rouler sans casque. Je ne sais même pas si c’est obligatoire d’en porter un, mais disons que c’est vivement recommandé. Ici, la vie est simplifiée au maximum et c’est vraiment « rock’n'roll » sur les routes.

Même les flics ne vous font pas chier quand vous passez devant eux sans casque (testé et approuvé).

Casque de tatou, Shérif fais moi peur

Casque de tatou, Shérif fais moi peur

En fait, il faut porter un casque. C’est pour sa propre sécurité, mais franchement, les casques façon playmobil en plastique cassé qui nous sont prêtés pour notre « sécurité » sont bien souvent tellement rances et inadaptés à notre tronche qu’on a vraiment l’impression de porter un casque de tatou.

Et puis lorsqu’il ne s’emboîte pas bien sur le haut du crâne, c’est vraiment insupportable de le sentir nous tirer la gueule vers l’arrière parce qu’il bascule avec la force engendrée par la résistance de l’air due à la vitesse.
Et puis au bout d’un moment, on en à simplement plein son cul de cette « blague matérialisée » qu’on finit par rouler les cheveux au vent.
Ceci n’est en aucun cas une incitation à l’incivisme car la plupart du temps je portais ces foutus casques, mais c’est quand même un détail à savoir.

Quelques anecdotes avec les deux roues

Le premier automatique que j’ai loué, je me suis mangé la gueule avec dans la boue en faisant un peu trop le malin. Le scooter a eu quelques rayures, mon genou aussi, rien de grave mais j’étais assuré et ils ont à peine regardé le scooter en le ramenant donc tout était ok.

Je me suis fait deux grosses frayeurs : une fois sur un freinage appuyé en descente et dont les freins étaient rincés (la roue arrière est partie un peu en couille). La seconde fois car des écoliers tournaient à droite et moi je commençais a doubler vu leur faible allure (encore un gros freinage crissant).
Malgré ça, j’ai toujours eu envie de conduire un deux-roues.

Traverser des rivières à moto et se garer dans la jungle, c’est cool.

Off road river crossing, Pai, Thailande

Off road river crossing, Pai, Thailande

On n’utilisera pas d’antivol et on laissera toujours son casque pendu au guidon, ou dans le panier. Personne ne viendra vous voler.

J’ai crevé un pneu en descendant d’une montagne, et fait 15 bornes à plat en descente et à faible allure car personne ne pouvait me dépanner avant de pouvoir trouver un réparateur au pied de la montagne et qui m’a finalement rustiné ma chambre à air pour 0.5€

Réparation de ma moto Honda Wave, Kampot, Cambodge

Réparation de ma moto Honda Wave, Kampot, Cambodge

Bref, le deux-roues est une excellente façon de découvrir les terres reculées. Les sensations procurées sont vraiment excitantes et il est possible de passer absolument partout, ou presque, tellement ces engins sont légers et maniables.

En conclusion, le deux-roues c’est bon, mangez-en.

2 thoughts on “Pourquoi et comment louer une moto ou un scooter en Thailande et Asie du sud-est

  1. Tintin Thai

    Sawasdee khrap Mika

    CAS 1 : Vous avez le Permis A Moto
    CAS 2 : Vous avez le Permis B Voiture
    CAS 3 : Vous avez Rien

    Nouvelle loi du 2 juin 2014 contre le laxisme passé et lutter contre la mortalité sur les routes de Thaïlande (3e pays le plus mortelle au monde)
    Tout les détails, démarches, validité, renouvelable, équivalence en France

    http://www.specialthailande.com/permis-moto-thai/

    Chod dee na khrap, Circulez…
    C’est clair qu’avec un site, on laisse de coté trop souvent la guitare

  2. enzi

    Bonjour tout le monde,

    Je suis rester 4 mois sur bangkok l’année dernière,
    les 10 premiers jours entre les moto taxis qui inventaient les prix (ex:pour aller d’un point A a un point B 60bath,pour le même trajet dans le sens inverse c’est a dire du point B au point A 150bath) les tuk tuk fournisseur de migraine avec le bruit de leurs moteurs quand on est assi confortablement a l’arrière et les BTS et MRT qui dessèrve seulement les grands axes de bangkok .
    Le 11ème jour j’ai dit stop !!!!!
    J’ai trouver trouver sur google une agence de location de scooter et la j’ai pu réellement apprécier la ville.
    Au début malgré que je suis un tres bon conducteur de 2 roues j’y suis quand même aller molo,
    nous parlons quand même de conduire a bangkok.
    Une fois que l’on s’habitue a la conduite des usagers de la route et a tout l’environnement c’est plus simple qu’il n’y parrait.
    (Petit astuce il n’ai pas necessaire de bien connaitre la ville le GPS de mon téléphone ma conduit a toutes les adresses ou je devais me rendre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>